Le crowdfunding, au secours du financement des projets en Afrique : Part 1 Africa fintech revolution

La puissance d’internet permettant de toucher de nouveaux publics a permit de développer des campagnes de collecte avec des coûts réduits. C'est le crowdfunding


0

Nous allons faire plusieurs articles pour le crowdfunding dans le financement des projets en Afrique. Aujourd’hui nous posons juste les bases du thème

Le crowdfunding, que l’on définit littéralement par le « financement par la foule », est fréquemment traduit par « financement participatif ».  Le crowdfunding se base sur la logique selon laquelle les petits efforts accumulés peuvent faire aboutir de grands projets.

Le financement participatif est une industrie qui se structure. Aujourd’hui, elle compte quatre principaux métiers que sont le don sans contrepartie, le don avec contreparties, le prêt aux particuliers ou aux entreprises, et la prise de participation au capital de sociétés. Néanmoins, il existe des caractéristiques communes au crowdfunding dans son ensemble.

Les plateformes de crowdfunding sont accessibles sur internet. Le site internet d’une plateforme de crowdfundingest la vitrine de la plateforme, par laquelle elle dévoile les caractéristiques des projets en cours de financement, ou déjà financés. C’est sur cet espace dédié que va s’opérer la rencontres des acteurs à la recherche de financement (entreprises, associations, entrepreneurs ou individus) et des acteurs désireux d’investir, épargner ou donner leurs capacités de financement autrement que par les voies classiques que représentent les livrets bancaires, les véhicules d’investissement ou les organismes à vocation d’intérêt général.

Promesses parles résultats

La tendance de 2017 se poursuit lors du premier semestre 2018, avec une augmentation de 59% des volumes collectés par les acteurs de la finance alternative. Croissance qui concerne en premier lieu les fonds de prêt en ligne dédiés aux entreprises avec une hausse de 150%, puis les cagnottes (+55%).

Les acteurs du financement participatif

Les acteurs en demande de financement sont les porteurs de projet. Ces derniers utilisent directement la plateforme afin de faire valider leur plan de financement. Généralement, les plateformes accompagnent les porteurs de projet avant la soumission de celui-ci aux internautes. Ainsi, ces nouveaux intermédiaires présentent la philosophie de la plateforme et son fonctionnement, cernent les besoins du porteur de projet, jugent de sa viabilité et de son sérieux avant la publication du projet sur une interface dédiée. La vitrine contient généralement la description du projet, le profil du ou des porteurs du projet, le montant nécessaire à la réalisation du projet ainsi que le détail des dépenses en prévision du succès de la collecte. Il précise également, si nécessaire, le temps imparti à la levée de fonds qui est stipulé avant le lancement.

Une fois le projet soumis sur la plateforme, ce dernier devient accessible au public. Tout le monde a accès, sous réserve d’une inscription préalable sur certaines plateformes, à la page du projet et peut choisir d’y investir la somme d’argent de son choix. Une fois la contribution effectuée par le financeur (aussi appelé backer) il peut échanger avec les porteurs du projet afin de formuler un commentaire ou apporter son expertise. Le backer a également accès à toutes les nouvelles ou informations que les porteurs du projet souhaitent partager avec la communauté ainsi créée.

La plateforme joue le rôle d’intermédiaire financier. Elle se rémunère par des commissions qui sont généralement une fraction du montant levé par le porteur du projet. Elles peuvent également être en partie forfaitaires, c’est à dire indépendantes du montant levé.

Principes de collecte

Il existe deux grands principes de collecte :

– La collecte AON(All or nothing) qui est largement répandue dans l’univers du crowdfunding consiste à ne libérer les fonds uniquement si l’objectif fixé par les porteurs de projets est au moins atteint à l’issue du temps imparti à la collecte des fonds.

– La collecte KIA (Keep it all) qui consiste à libérer les sommes collectées indépendamment de l’objectif initial.

La collecte AON s’est imposée dans les collectes de projets artistiques, entrepreneuriaux ou d’entreprise, mais la collecte KIA reste utilisée dans certains cas (projets solidaires, sociaux etc…)

Comprendre les différents types de crowdfunding

Don sans contrepartie

Les plateformes de don sans contrepartie, ou donation-based crowdfunding, sont principalement utilisées pour des projets solidaires. Il n’existe alors aucun retour financier ou en nature sur les investissements viace type de plateformes. Les cibles de ce type de plateformes sont les projets portés par des associations ou des initiatives citoyennes. Elles comptent sur la sensibilisation du public à des problématiques sociales, éthiques ou humanitaires afin de collecter des dons auprès de particuliers désireux de participer financièrement à leur cause. Les backers deviennent alors des mécènes, qui soutiennent des projets pour lesquels ils ont un attachement particulier. Ces plateformes sont apparues dès les origines du crowdfunding, et ont participé à développer une nouvelle source de financement aux organisations non gouvernementales (ONG) qui peuvent ainsi financer des projets spécifiques et non plus uniquement les dépenses courantes qu’elles engendrent.

Elles permettent également à des particuliers de faire connaitre des projets personnels autour desquels ils peuvent fédérer une communauté afin de trouver les moyens financiers pour les concrétiser. Les porteurs de projets comptent alors sur la générosité et l’altruisme des backers, et élargissent ainsi le champ des possibles pour ce type de financement. Celui-ci étant généralement basé sur l’entourage familial.

Don avec contreparties

Le don avec contreparties, ou reward-based crowdfunding, est le segment de l’industrie le plus connu du grand public. Il consiste en l’appel au don à destination de projets pour lesquels les donateurs reçoivent une récompense, qui ne reflète généralement pas le prix effectivement déboursé. Ces contreparties peuvent être la livraison d’un bien ou d’un service, mais également de nature plus symbolique, comme les remerciements des porteurs de projets, ou l’inscription en tant que financeur dans les œuvres culturelles (vidéo, musique, film, vidéos ludiques etc). Elle se traduit en termes réglementaires à de la prévente, ou commande, de biens et services à destinations de particuliers ou d’entreprises. Ces plateformes font alors office de tests marché, où les clients peuvent être cernés, compris et où l’offre peut s’adapter à cette clientèle potentielle. Ce type de financement s’avère particulièrement adapté aux projets artistiques et culturels.

Prêt rémunéré ou social

Les plateformes de prêt, ou debt crowdfunding ou P2P [2] lending crowdfunding est le segment le plus structuré de l’industrie du crowdfunding. Elles sont issues du micro-crédit, qui consiste en l’attribution de prêts de faible montant à des entrepreneurs, artisans ou petites entreprises dont l’accès au crédit bancaire classique est impossible. Les acteurs en demande de financement peuvent alors faire appel à la foule qui accepte de leur prêter, en contrepartie d’un taux d’intérêt et du remboursement du principal à échéance. Il existe deux formes de financement octroyé par les plateformes de prêt :

– Les prêts sans rémunération, qui fonctionnent comme des micro-crédits à taux zéro pour lesquels les prêteurs sont remboursés à l’issue de la réalisation du projet, mais ne récupèrent aucun profit financier sur leur prêt. A l’instar des plateformes de dons, le prêt non rémunéré repose sur la capacité à créer une communauté préoccupée par les enjeux et qui pourra retirer de la fierté à avoir contribué à un projet.

– Les prêts rémunérés,où la foule se substitue aux intermédiaires bancaires et est prête à assumer un risque que les banques ne supporteraient pas. Le taux d’intérêt est fixé via les plateformes, qui jugent de la viabilité et du risque intrinsèque au projet et présentent aux prêteurs leurs conclusions sur chaque projet. Les prêteurs sont alors rémunérés régulièrement sur la base du taux d’intérêt fixé en amont, et le remboursement progressif ou in fine du principal.

Equity Crowdfunding ou investissement en capital

Le financement participatif par prise de participation directe au capital d’entreprise, ou equity crowdfunding, est le segment le plus jeune de l’industrie, mais aussi celui qui porte l’avenir du financement d’entreprises et une réponse potentiellement viable à la problématique de l’equity gap. Ce type de financement consiste en l’appel public au financement dans le cadre d’une augmentation de capital. L’entrepreneur, en besoin de financement, définit son besoin en capital et fixe un pourcentage qu’il ouvre à la souscription de la foule. Les backers détiennent dès lors un droit de propriété sur l’entreprise qu’ils financent, ce qui provoque notamment la dilution des actionnaires historiques de l’entreprise, généralement le(s) fondateur(s). En pratique, les entrepreneurs déposent leur dossier de financement auprès de plateformes, qui jugent de la viabilité et de la qualité de ce dossier. Ils fixent ensuite le prix des actions de la société avant l’augmentation de capital potentielle (pricing pre-money). Les collectes sont toujours réalisées sous la forme AON, et peuvent être d’un montant supérieur à la demande de financement. On parle alors d’over funding. La valorisation de l’entreprise est donc définitive à l’issue de la collecte sur la plateforme d’equity crowdfunding (pricing post money). La libération des titres est effective à l’issue de la collecte, une fois le montant des actions fixées. Les backers agissent alors en qualité d’associés dans l’entreprise, avec ou sans pouvoir décisionnel en fonction de la présence ou non de droit de vote attaché aux actions.

Ce type de financement participatif pose des questions juridiques et aujourd’hui les réglementations dépendent largement des pays dans lesquels sont basées les plateformes. Ainsi, aux Etats Unis, il est interdit à toute personne qui n’est pas accrédité comme investisseur, c’est-à-dire qui présente une certaine solidité financière qui la rend capable d’assumer les pertes en capital relatives à ce type d’investissement risqué. En France, la réglementation est plus souple et autorise les particuliers à investir en equity crowdfunding sans condition de ressources.

SSSSSSSSSTOP POURAUJOURD’HUI!!!!

Petit bonus en vidéos 

Le financement participatif est un nouveau mode de financement qui s’est beaucoup développé grâce à Internet. Le principe est simple : vous décidez d’investir dans un projet qui vous plaît via des plateformes internet et en contrepartie, le porteur du projet s’engage ou pas... à vous verser une petite rétribution si le projet fonctionne.


Vous aimez ? partagez avec vos amis

0

QUELLE EST VOTRE RÉACTION?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

Un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Choisir un format
Quiz Personnalité
Série de questions visant à révéler quelque chose sur la personnalité
jeu-questionnaire
Série de questions avec les bonnes et les mauvaises réponses visant à vérifier les connaissances
Sondage
Voter pour prendre des décisions ou déterminer des opinions
Article
Texte formaté avec incorporations et visuels
Liste
Les classiques Internet Listicles
Compte à rebours
Les comptes à rebours Internet classiques
Ouvrir la liste
Soumettez votre propre article et votez pour la meilleure soumission
Liste classée
Vote positif ou négatif pour choisir le meilleur élément de la liste
Gallerie
Téléchargez vos propres images pour créer des galleries
Video
Incorporation de Youtube, Vimeo ou Vine
Audio
Intégration Soundcloud ou Mixcloud
Image
Photo ou gif
Gif
format gif